ALIMENTATION SAINE : DANGEREUX AUT EN VUE (ET COMMENT S’EN DEBARRASSER)

Vous avez aimé cet article, partagez-le :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alimentation saine :
dangereux AUT en vue (et comment s’en débarrasser) + 1 infographie à télécharger

Aliments ultra-transformés définition et dangers
Faut-il avoir peur des AUT ?

Avez-vous déjà entendu parler des AUT ? Non, non, ce n’est ni un nouvel insecte qui empoisonnera votre été, ni un nouveau virus qui vous clouera au lit cet hiver et encore moins un extra-terrestre (quoique ?) venu d’une planète lointaine. Mais ils ne sont pas anodins pour autant !

En un mot les AUT sont nés avec l’industrialisation de notre alimentation, souvent synonymes de malbouffe nous verrons que, malheureusement, ils ont colonisé tous les rayons de nos magasins.

Produits ultra-transformés définitions

Les AUT, mais pour quoi, pourquoi ?

AUT signifie Aliment Ultra-Transformé. Ils sont nés avec l’industrialisation et le changement de nos habitudes de vie que cela a apporté. Plus de travail « à l’extérieur » (de la maison), plus de TV, plus de… bien des choses, à chacun de faire sa liste. Du coup, nous passons de moins en moins de temps dans notre cuisine et pourtant il nous faut toujours manger. Alors on nous a servi de « beaux » plats préparés pour nous faciliter la vie. Mais il fallait que ces plats fassent envie, « comme à la maison » et qu’ils se conservent… longtemps. Alors AUT !

Et puis, il y a eu le « retour » du bio. De plus en plus de personnes se sont intéressées à une nourriture dite plus saine, estampillée de logos de couleur verte. Mais nous ne souhaitions ou ne pouvions toujours pas passer du temps en cuisine. Alors AUT !

Et puis, il y eu la crise avec la recherche d’une nourriture toujours moins chère. Alors AUT !

Les AUT, mais qu’est-ce-que c’est ?

Les AUT sont des aliments industriels « contenant au moins une substance obtenue par synthèse ou par une succession de procédés physiques, chimiques et/ou biologiques ». En clair ce sont des aliments auxquels on a rajouté une substance que vous ne pourriez pas avoir dans votre cuisine. Le but est de proposer à la vente des aliments pas chers, attirants, faciles à conserver et à utiliser. On fabrique ainsi des aliments qui ressemblent aux « vrais » : on les affuble de slogans accrocheurs tels que « à l’ancienne », « goût poulet », « d’antan », « naturel », « authentique », « au feu de bois » …  et d’un emballage qui figurent des matériaux nobles ou qui « tiltent » dans notre mémoire : reproduction de nappe à carreaux rouges et blancs, bois, cartons…

Vous pensez tout de suite au paquet de chips de l’apéro ou du pique-nique, aux sodas qui les accompagnent ou à la pizza de grande surface bien pratique quand on n’a pas le temps ou l’envie de cuisiner. Vous avez raison mais en partie seulement car les AUT représentent 80 % des produits alimentaires qui nous sont proposés y compris aux rayons bio, vegan, diététique et tous les produits « sans ».

L’aspect du vrai, le goût du vrai, l’odeur du vrai… Et pourtant tout est faux et fabriqué.

Les AUT, comment s’y retrouver ?

Tout d’abord, lisez les étiquettes ou pas d’ailleurs. Effectivement, même sans lire véritablement l’étiquette : vous constatez que le produit contient plus de 5 ingrédients? Dites- vous que ça sent l’AUT.

Pour être plus précis, les aliments ont été classés en 4 catégories (classification NOVA ou SIGA plus précise) que je vous détaille ci-dessous.

Groupe 1 – Aliments pas ou peu transformés

Ce sont des produits bruts : viande, œufs, poissons, céréales, légumineuses, légumes, fruits, graines, qui n’ont subi aucun process industriel (hors lavage, triage, découpe, dépeçage par exemple).

Groupe 2 – Ingrédients culinaires transformés

Ce sont, par exemple, le beurre, l’huile, le sel, le sucre. Ces aliments dérivés du groupe 1 subissent des transformations telles que séchage, broyage, pressage, filtration, meunerie.

Groupe 3 – Aliments transformés

Ici, nous trouvons les légumes ou fruits en conserve, le pain frais, le fromage. Ce sont des aliments du groupe 1 auxquels on ajoute des ingrédients du groupe 2 et à qui on fait subir une cuisson ou une fermentation non alcoolique.

Groupe 4 – Aliments ultra-transformés

On listera ici les boissons gazeuses, les plats préparés industriels congelés ou non, les croustilles, les confiseries, les crèmes glacées, les céréales sucrées du petit-déjeuner, les barres de céréales, les préparations pour pâtisserie, les soupes en sachet, la plupart des produits de boulangerie qui comprennent des additifs autres que les ingrédients de base, les sauces, snacking pré-emballé, etc

Certains même de ces plats sont des aliments « construits » ou « fabriqués » à partir de substances dérivées d’aliments, d’additifs. Souvent, il y a peu, voire pas d’aliments « intacts » du groupe 1

Quels sont ces additifs ?
  1. Caséine, lactose, lactosérum, gluten
  2. Huiles hydrogénées, interestérifiées, protéines hydrolysées, isolat de protéine de soja, maltodextrine, le sucre inverti ainsi que le sirop de maïs à haute teneur en fructose
  3. Conservateurs, anti-oxydants, stabilisants, nitrites
  4. Colorants, stabilisants, arômes, exhausteurs de goût, édulcorants non sucrés,
  5. Agents de carbonatation (produits gazéifiés), de raffermissement, de gonflement, d’anti-gonflement, de démoussage, d’anti-agglomération, de glaçage, des émulsifiants, des séquestrants, des humectants…

Je n’ose plus vous souhaitez bon appétit !

Produits ultra-transformés : sont-ils dangereux ?

Vous avez vu que certaines « choses » (peut-on encore dire “aliments”) que nous mangeons sont complètement fictives, complètement inventées, complètement fabriquées. Comment réagit notre corps face à ces éléments inconnus ? Sait-il, peut-il les assimiler ?

Constats des naturopathes

J’observe dans ma pratique de naturopathe :

  • un appauvrissement : il est certain que notre organisme ne trouve pas dans ces fabrications tous les nutriments dont il a besoin pour être et rester en bonne santé d’où risques de carences
  • un épuisement : notre organisme (et surtout notre foie) doit fournir un surcroît de travail pour « traiter » et ensuite « évacuer » ces déchets trop abondants.

Constats des études scientifiques

De plus en plus d’études scientifiques tendent à prouver que la consommation de produits ultra-transformés fait le lit de bien des pathologies, notamment :

  • Obésité, diabète, hypertension artérielle, hyperlipidémie, maladies cardiovasculaires (en particulier coronariennes et cérébro-vasculaires)
  • Syndrome du côlon irritable
  • Certains cancers.

Il est certain que les AUT sont :

  • Peu rassasiants : il s’ensuit un grignotage et donc de mauvaises habitudes alimentaires favorisant le surpoids et certains dysfonctionnements du système digestif toujours en travail
  • Hyperglycémiants : trop sucrés ils provoquent des pics et chutes de glycémie qui épuisent le foie et le pancréas et conduisent à l’obésité et au diabète
  • Riches en calories vides : c’est-à-dire qu’ils n’apportent pas les bons nutriments dont le corps à besoin (fibres, minéraux, vitamines notamment).

Les AUT : comment les éviter

Les applis

Certaines applis peuvent vous aider à faire vos achats : Siga ou Scan up. Elles vous indiquent à quel groupe appartient l’aliment scanné.

Le bon sens

Même si vous ne retenez que les grandes lignes de cet article, vous saurez faire vos choix facilement. Si l’aliment que vous souhaitez acheter contient 1 ingrédient que vous ne pourriez pas avoir dans votre cuisine vous avez probablement affaire à un AUT.

Votre arme absolue : cui-si-nez !

Si pour vous, cuisiner est difficile, identifiez d’où vient cette difficulté :

  1. Je ne sais pas faire
  2. Je n’ai pas le temps
  3. Je n’aime pas

Car selon l’origine de votre blocage, les solutions à mettre en place sont différentes mais elles existent bel et bien pour chacun ! Hauts les cœurs !

Il existe aujourd’hui des aides culinaires efficaces et performants. Si le top du top n’est pas dans vos moyens, optez pour un robot plus simple mais qui vous simplifiera la vie.

Abonnez-vous à une revue, un site qui vous donnera de bonnes idées, vraiment saines.

Simplifiez vos repas : certes il faut diversifier nos apports en nutriment afin d’éviter des carences mais cela ne veut pas dire que je ne peux pas servir des restes ou que je dois proposer des menus différents sur 1 mois !

Initiez-vous au batch cooking, cela vous fera gagner beaucoup de temps et d’énergie.

Cuisinez en famille, avec des amis. Inventez des concours. Echangez des recettes, des bonnes astuces.

Retrouvez le plaisir de faire vos courses sur les marchés, auprès des producteurs, des paysans.

Retrouvez le plaisir simple de repas en famille ou entre amis.

Les produits destinés aux enfants

Les AUT sont souvent marketés pour viser une clientèle bien précise : vos enfants. Les industriels savent bien que les enfants interviennent pour 70 à 80 % dans les décisions d’achat de la famille.

De plus, c’est un investissement rentable sur le long terme. Ces produits standardisés (même couleur, même aspect, même texture, même saveur) créent des addictions chez les enfants (chez l’adulte aussi d’ailleurs) qui reproduiront toute leur vie les mêmes comportements d’achat et de consommation.

Les industriels agro-alimentaires sont gagnants sur toute la ligne : ils produisent à faible coût des produits desquels seront dépendants les adultes de demain d’un bout à l’autre de la planète.

En conclusion,

Les produits transformés et ultra-transformés nous apparaissent comme un bien : plus de diversité, plus de plaisir, moins de travail, moins de fatigue.

Et si nous nous arrêtions un instant pour faire le point et nous poser les bonnes questions ?

passer du temps chaque semaine dans les grandes surfaces, est-ce réellement moins fatigant et plus rapide que de faire son marché et cuisiner ? De quel côté penche la balance du plaisir ?

Investir du temps dans sa santé, est-ce réellement peu important ? est-ce inutile ?

L’aspect financier : contrairement à une idée reçu, il ne revient pas plus cher de manger sainement plutôt que de remplir son caddy de calories vides. Je prendrai le temps de faire un article complet sur ce sujet.

Alors êtes-vous prêts à faire la chasse aux AUT et à consommer en moins voire peu ? Donnez-moi votre réponse sous cet article, j’ai hâte de vous lire !

Pour ne pas oublier les AUT et les éviter le plus possible, je vous offre une infographie à mettre sur votre frigo ! Choisissez votre modèle 🙂

Cliquez sur la photo
Infographie classification NOVA des aliments
pour imprimer le fichier
Signature de Christine Labbé Naturopathe

Ressources


Vous avez aimé cet article, partagez-le :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 8
    Partages

2 réflexions sur « ALIMENTATION SAINE : DANGEREUX AUT EN VUE (ET COMMENT S’EN DEBARRASSER) »

  1. Merci Christine pour les bons conseils qui nous permettront de rester en bonne santé. Bien que je sois très attentive à ce que l’on mange, tu attires toujours mon attention sur quelque chose qui m’a échappé. Parfaite je ne suis pas mais j’essaie de m’y approcher petit à petit et ce grâce à toi.

    1. La cuisine saine est tout un monde ; c’est pour cela qu’il ne faut pas se lancer seul et être accompagné ou au moins conseillé. Et ensuite, il faut avancer à son rythme, sans se mettre la pression. Merci Lisiane pour ce sympathique commentaire 🙂

Laisser un commentaire