L’HYPERSIALORRHÉE DANS LA THÉRAPIE D’HILDEGARDE DE BINGEN

L’hypersialorrhée dans la thérapie d’Hildegarde de Bingen

Aujourd’hui je vous parle d’hypersialorrhée. Je vous donne 3 conseils pour la diminuer voire la dompter naturellement avec Hildegarde de Bingen.

L’hypersialorrhée dans la thérapie d’Hildegarde de Bingen
Ne subissez plus les désagréments de votre hypersalivation !
Avant de répondre à vos questions, je tiens à rappeler une évidence : je ne suis pas médecin. Mon rôle de naturopathe est de vous prodiguer des conseils en soutien ; votre pathologie quelle qu’elle soit doit être traitée par un médecin. Voilà c’est dit, je le répèterai à chaque vidéo afin d’éviter tout malentendu.

L’hypersialorrhée, c’est quoi ?

Les glandes salivaires produisent chaque jour environ 1.5 litres de salive.

Les personnes atteintes d’hypersialorrhée souffre d’une sécrétion surabondante de salive et du fluide muqueux buccal. On l’appelle également hypersalivation, hypersialie, ptyalisme. Ce dernier mot vient du grec ptualismo qui signifie crachat.

Cette hypersialie peut se manifester par quelques dépôts blancs aux commissures des lèvres ou quelques postillons. Mais cette production excessive de salive quand elle est extrême peut être invalidante et pousser les personnes qui en souffrent à l’isolement. Ainsi elle a des répercussions sur la vie sociale, professionnelle et amoureuse.

L’hypersalivation peut entraîner des « fausses routes », des difficultés à s’exprimer, des pneumonies dites « d’aspiration ». Si la personne incommodée crache la salive en excès, cela peut entrainer une déshydratation à laquelle il faudra remédier en buvant davantage.

L’hypersialorrhée, d’où ça vient ?

De nombreuses causes

Il existe de nombreuses causes possibles à l’hypersialorrhée :

Dans la bouche :

  • une infection dentaire, une infection buccale
  • un aphte
  • une irritation due à une dent cassée, abîmée ou à une prothèse dentaire mal installée
  • une gingivite
  • des problèmes fonctionnels de la langue

Une autre inflammation

  • de la muqueuse située dans la bouche (stomatite)
  • des amygdales
  • du pharynx

Du système digestif

  • des problèmes au niveau de l’œsophage
  • des nausées, vomissements
  • les problèmes d’estomac, comme un ulcère gastrique ou une inflammation de la muqueuse de l’estomac (gastrite)
  • une crise de foie

D’autres causes

  • une mononucléose infectieuse
  • une intoxication médicamenteuse ou la prise de certains médicaments, dont la clozapine, un antipsychotique
  • des lésions nerveuses
  • maladie de Parkinson
  • suite d’un AVC
  • sclérose en plaque

Et pour les causes les plus rares

  • la rage
  • cancer de l’œsophage
  • tumeur au cerveau
  • atteinte neurologique
  • empoisonnement à l’arsenic

La grossesse

Ce phénomène est rare pendant la grossesse mais il est important de savoir qu’il existe. Il s’observe généralement au début de la grossesse et s’arrête le plus souvent vers le 4ème mois. Chez certaines femmes il se poursuit jusqu’à l’accouchement voire quelques semaines après.

Les causes n’en sont pas connues. Les bouleversements hormonaux ou les reflux gastriques sont souvent incriminés.

Traitements de l’hypersialorrhée

La 1ère chose bien sûr est de déterminée la cause de cette hypersalivation et d’agir sur la cause.

Le bon réflexe est de commencer par consulter un dentiste afin d’éliminer les causes les plus courantes.

Si le dentiste n’est pas concerné, consultez votre médecin qui pourra poursuivre les investigations et vous orienter vers un spécialiste si nécessaire.

L’hypersialorrhée dans la thérapie d’Hildegarde de Bingen

Là aussi l’approche sera différente en fonction de la cause. Si l’hypersialorrhée est importante et est installée depuis longtemps, prendre contact avec un naturopathe formé à la thérapie d’Hildegarde de Bingen peut s’avérer nécessaire.

Je vais m’attacher ici à vous présenter 3 conseils d’Hildegarde spécifique à l’hypersalivation.

J’aimerais toutefois vous rappeler l’importance d’avoir au quotidien une alimentation saine à base de légumes et d’épeautre.

Conseil naturel 1 : Le coing

“Et celui qui produit beaucoup de salive mangera souvent de ce fruit, bouilli ou rôti : il assèchera l’intérieur de son organisme, de sorte que la salive en lui diminue”

Physica IV – Le cognassier – Hildegarde de Bingen

Evitez les confitures et les pâtes de coing trop sucrées. Je vous renvoie vers la recette d’une compote de coing délicieuse. A consommer au quotidien !

La recette de la compote de coing qui vous veut du bien

Conseil naturel 2 : La purgation

Dans le livre des Causes et Remèdes, Hildegarde consacre un chapitre à « l’évacuation de la salive et de la morve ». Elle nous y donne la recette de pilules à base d’aigremoine, galanga, géranium, polipode et grande chélidoine. Fort heureusement, nous trouvons ces pilules prêtes à l’emploi chez certains fournisseurs de produits d’Hildegarde.

Ces gélules se prennent le matin à jeun alors que l’on est encore alité. Après les avoir consommées, il convient de rester au lit, bien au chaud encore 15 mn, le temps que leur effet s’initie. On peut alors se lever et marcher un peu, toujours en prenant soin d’être bien couvert et d’avoir bien chaud, sans toutefois s’exposer au soleil ou à des chaleurs trop fortes.

Conseil naturel 3 : la diète

Suivre une diète 1 à 2 fois par an peut être salutaire et bénéfique à notre santé. Pour ceux qui le peuvent, elle représente un bon moyen de détoxiner l’organisme et de raviver en eux la force vitale nécessaire au corps et à l’esprit pour rester ou recouvrer la santé.

J’ai réalisé une série d’articles et de vidéos que j’ai fait sur ce sujet. Je vous y explique pas à pas comment vous préparer et organiser votre diète. Je vous mets également en garde contre les erreurs à ne surtout pas commettre !

Pour tout savoir de A à Z sur la diète végétalienne à l’épeautre

L’hypersialorrhée dans la thérapie d’Hildegarde de Bingen – En bref

Voici les bonnes habitudes à adopter au quotidien si vous souffrez d’hypersialorrhée, quelle que soit l’importance des symptômes.

➡️ Avoir une alimentation saine à base de légumes (particulièrement ceux conseillés par Hildegarde) et d’épeautre

➡️ Pratiquer une activité physique qui aide à la détoxination naturelle du corps

➡️ Consommer régulièrement du coing

➡️ Faire une cure de gélules purgatives dont Hildegarde à donner la recette

➡️ Suivre une diète végétalienne à l’épeautre.

N’hésitez pas à me laisser votre question en commentaire et je vous répondrai dans une prochaine vidéo (article) ! Surtout n’oubliez pas de vous abonner à ma chaine et à mon blog pour être informé des parutions !

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux et auprès de vos amis 🙂

Signature de Christine Labbé Naturopathe

LE CHOU DANS L’ALIMENTATION D’HILDEGARDE DE BINGEN

Le chou dans l’alimentation
d’Hildegarde de Bingen

Aujourd’hui, je regarde d’un peu plus près si le chou doit réellement être présent dans une alimentation santé & plaisir. je vous parle de la place du chou dans l’alimentation d’Hildegarde de Bingen.

Le chou dans l'alimentation d'Hildegarde de Bingen
Le chou un aliment qui me veut du mal ?
Avant de commencer, je vous rappelle que je ne suis pas médecin. Mon rôle de naturopathe est de vous prodiguer des conseils en soutien ; votre pathologie quelle qu’elle soit doit être traitée par un médecin. Voilà c’est dit, je le répèterai à chaque vidéo afin d’éviter tout malentendu.

Aujourd’hui je vais vous parler d’une grande famille celle des crucifères également appelée brassicacée autrement dit des choux ! Les plantes appartenant à cette famille botanique ont leurs fleurs à 4 pétales disposées en croix d’où leur nom !

Mais quel drôle de sujet, me direz-vous ! Et bien vous allez être surpris !

Le chou, une vedette

Les choux tiennent une bonne place sur nos étales d’hiver en concurrence avec les cucurbitacées. J’ai noté 43 espèces et variétés de choux différentes ! Sans compter qu’il a maintenant une place d’honneur chez les fleuristes !

Qui, à l’approche de la saison froide, n’a pas eu envie d’une bonne potée ou d’une choucroute ?

Je trouve que, depuis quelques années, ce légume a été mis vraiment à l’honneur par les médecines naturelles et les adeptes de l’alimentation saine. J’ai même trouvé qu’on l’appelait « le médecin du pauvre ».

Par curiosité, j’ai tapé « chou » dans la barre de recherche de mon navigateur et j’ai obtenu 80 600 000 résultats ! Vous voyez, on en cause !

Il est donc quasi-impossible de faire l’impasse sur ce légume hivernal.

Chou : les bienfaits avancés par la diététique moderne

Si la diététique moderne est si séduite par les choux, c’est qu’elle leur confère un certain nombre de bienfaits :

🥦 Le chou est peu calorique : 25 calories pour 100 g

🥦 Le chou est riche en fibre : il donne une bonne satiété

🥦 Le chou a un indice glycémique bas (15)

🥦 Le chou contient de la vitamine C. C’est important en hiver car cette vitamine contribue à booster notre système immunitaire

🥦 Le chou est riche en minéraux : potassium, calcium, magnésium, manganèse. Ce qui lui confère une action basifiante

🥦 Le chou contient des vitamines B9 et B12 importantes pour prévenir les maladies cardio-vasculaires

🥦 Le chou contient des omégas 3, ces bons gras que l’on recherche, qui aident à fluidifier le sang et à diminuer le taux de triglycérides

🥦 Le chou contient de la vitamine K qui joue un rôle dans la coagulation du sang et dans la santé des os.

Bien sûr la teneur en ces différents nutriments dépend de la variété du chou ; la teneur en vitamine C d’un chou-rouge ou d’un chou-fleur est bien différente.

En plus de toutes ces qualités, le chou est un aliment bon marché et facile à cultiver !

Voilà un aliment phare de l’hiver bien sous tout rapport ! En êtes-vous si sûr ? Et s’il y avait un mais ?

Le chou dans l’alimentation d’Hildegarde de Bingen

Voyons maintenant ce qu’Hildegarde pense de cette soi-disant vedette ! Je lui cède la parole :

Le chou, le chou frisé et le chou rouge sont de nature humide, tandis que le chou pommé est un peu plus froid que chaud, et de nature à peine sèche, et ils poussent tous grâce à l’humidité de la rosée et de l’air. C’est pourquoi ils ont, en quelque sorte, des forces et des viscères ; et leur suc est à peu près inutile ; »

Bon s’ils sont juste inutiles, ce n’est pas si grave d’en manger. Mais attendez, elle continue :

ils provoquent chez l’homme des indispositions et ils blessent les entrailles fragiles. Les hommes en bonne santé qui ont des veines solides et qui ne sont pas trop gras peuvent, s’ils en mangent, les dominer par leur force ;

Vous voyez qu’Hildegarde prend, comme souvent, la peine de faire des distinctions entre personnes bien portantes et les personnes malades afin de modérer son propos. Et donc elle continue :

mais ils sont nocifs à ceux qui sont gras, car leur chair est remplie de suc, et s’ils en mangent, il leur fait autant de mal qu’aux gens malades.

Ensuite elle rajoute une phrase comme si elle répondait à des personnes qui lui disent « oui mais si on le prépare comme ceci ou si on le fait cuire comme cela ». Ecoutez ce qu’elle répond :

Cuits dans le fricot et avec de la viande, ils sont nocifs et augmentent les humeurs mauvaises plus qu’ils ne les diminuent. »

Physica – Le livre des plantes Chapitre LXXXIV

Ça a le mérite d’être clair ; elle ne réhabilite ni la potée, ni la choucroute, ni aucune façon de manger du chou !

Je sais que cette position d’Hildegarde en déçoit plus d’un, mais vraiment vous pouvez lui faire confiance, Hildegarde sait ce dont elle parle.

Si, comme moi, vous avez les intestins délicats, vous n’êtes pas du tout surpris qu’Hildegarde déconseille les choux : vous avez fait l’expérience qu’ils vous incommodent, qu’ils provoquent des flatulences et des gaz.

FODMAP

Les choux apparaissent dans la liste des FODMAPs (Fermentable – Oligosaccharides – Disaccharides – Monosaccharides – And – Polyols). Ce sont des glucides spécifiques, peu ou pas digestibles. Ils arrivent donc presque intacts dans nos intestins où ils nourrissent certaines bactéries du microbiote. Voilà pour faire court.

Les choux contiennent 2 de ces glucides : du fructane (polymère du fructose) et du polyol dans le chou-fleur(glucide sans sucre).

💪 Donc si on est en bonne santé, on peut effectivement bien tolérer ces glucides qui servent de prébiotique à notre microbiote et tout se passe bien pour nous.

🛌 Mais si on est malade, si on est faible et bien ces FODMAPs vont effectivement créer du désordre dans nos intestins et troubler la digestion. Et vous savez que sans une bonne digestion qui nous permet de bien assimiler ou de fabriquer tous les nutriments dont notre organisme a besoin, il n’y a pas de bonne santé. CQFD

Les choux dans l’alimentation d’Hildegarde de Bingen – En bref

  • Si vous êtes en bonne santé
  • Si vous avez une bonne digestion
  • Si vous avez un système digestif qui fonctionne bien
  • Si vous ne souffrez pas de surpoids

Libre à vous de consommer des choux de temps en temps ; vous saurez les « dominer » pour reprendre l’expression d’Hildegarde

  • Si vous avez un système digestif malade, faible quelle qu’en soit la raison
  • Si vous êtes intolérant aux FODMAPs
  • Si vous souffrez d’une quelconque maladie
  • Si vous souffrez de surpoids

Il vous est fortement conseillé de ne pas consommer de choux ; ils ne pourraient que vous nuire et aggraver votre état de santé.

N’hésitez pas à me laisser votre question en commentaire et je vous répondrai dans une prochaine parution ! Surtout n’oubliez pas de vous abonner à ma chaine et à mon blog pour être informé dès qu’elle paraîtra !

Signature de Christine Labbé Naturopathe

Physica

ROSACÉE : SOINS NATURELS DE LA THÉRAPIE D’HILDEGARDE DE BINGEN

Rosacée : soins naturels de la thérapie d’Hildegarde de Bingen

Vous souffrez de rosacée ! Cette affection de la peau peut être difficile à vivre car elle impacte l’image de soi. Du simple malaise au renfermement sur soir, les réactions sont très différentes d’une personne à l’autre. Aussi aujourd’hui, je vous indique rosacée : soins naturels de la thérapie d’Hildegarde de Bingen.

Vaincre la rosacée naturellement avec la thérapie d'Hildegarde de Bingen
Vaincre la rosacée naturellement avec la thérapie d’Hildegarde de Bingen
Avant de répondre à vos questions, je tiens à rappeler une évidence : je ne suis pas médecin. Mon rôle de naturopathe est de vous prodiguer des conseils en soutien ; votre pathologie quelle qu’elle soit doit être traitée par un médecin. Voilà c’est dit, je le répèterai à chaque vidéo afin d’éviter tout malentendu.

Aujourd’hui je réponds à la question de Sylvie qui me demande : « auriez-vous des conseils concernant la rosacée ? » Je vous donne des indications alimentaires, 1 conseil pour agir de l’intérieur et 1 conseil pour agir directement sur votre peau ! Et en bonus 2 gestes simples.

La rosacée, qu’est-ce que c’est ?

Voyons un peu ce qu’est la rosacée également appelée couperose.

La rosacée est une maladie de la peau qui touche essentiellement le visage parfois même le décolleté et chez les messieurs qui ont un peu de calvitie, les zones de la tête sans cheveu.

Il y a plusieurs formes de rosacées plus ou moins graves. Cela peut aller de simples rougeurs jusqu’à des pustules, et de vraies déformations du nez par exemple pour les formes les plus graves.

La couperose peut également atteindre les yeux (la cornée), c’est donc une maladie sérieuse qui nécessite une surveillance médicale. Prenez contact avec votre dermatologue.

Les causes

Les causes exactes de cette maladie ne sont pas précisément déterminées. On soupçonne :

  • Des prédispositions génétiques : la couperose touche les personnes de type nordique (à peau, yeux et cheveux clairs)
  • Une origine vasculaire : il y aurait une dilatation des veines qui entrainerait une stagnation du sang au niveau du visage avec comme conséquence un œdème et une détérioration de l’endothélium de la membrane intérieure des veines.
  • Et enfin 3ème cause supposée : la présence de certaines bactéries pro-inflammatoires (Demodex Folliculorum)

Les facteurs aggravants

L’alcool : l’alcool n’est pas une cause mais une consommation régulière et excessive d’alcool aggrave significativement la maladie

Les facteurs environnementaux : le vent, l’exposition au soleil, l’exposition aux grands froids, les brusques changements de température. La pratique d’un sport intense qui échauffe le corps. Les bains chauds, le sauna, le hammam

L’alimentation : les plats épicés, les boissons très chaudes et la malbouffe bien sûr.

La psychologie : certaines émotions peuvent entrainer une poussée et transformer le visage en un livre ouvert des sentiments de la personne. Ce qui peut mettre mal à l’aise.

Comment est-ce qu’on agit ?

On va logiquement en priorité agir sur les causes.

Les bons comportements

Protégez vous du soleil et évitez tout ce qui échauffe le corps (voir ci-dessus dans les causes)

L’alimentation

1. Supprimez de l’alimentation tout ce qui est pro-inflammatoire :

  • Les aliments à index glycémique élevé
  • Les viandes surtout les viandes rouges et la viande de porc
  • Les omégas 6 : graines de tournesol, les noix, l’huile de pépin de raisin. En fait ici, il s’agit plutôt de veiller au bon équilibre oméga 3 / oméga 6
  • L’huile de palme et plus généralement tous les « mauvais gras » que l’on trouve notamment dans les plats industriels (vous savez que je ne les aime pas ceux-là)
  • Les solanacées

2. Attention à votre consommation de produits laitiers. Pour les problèmes de peau, Hildegarde recommande de boire du lait de chèvre. Choisissez le bio et frais !

3. Remplacez le blé par de l’épeautre. Vous le savez maintenant, Hildegarde nous dit que l’épeautre donne une chair et un sang de qualité ! Donc on ne s’en prive pas, c’est exactement ce dont vous avez besoin si vous souffrez de couperose. Faites-le par étapes et progressivement, le but étant de mettre de l’épeautre dans votre assiette matin, midi et soir. Pour ne pas vous lassez, choisissez de l’épeautre sous différentes formes : des pâtes, des grains, de la semoule, de la farine. Et cuisinez comme vous en avez l’habitude. Ne me dites pas que c’est compliqué !

Par sa richesse en minéraux, l’épeautre a un effet basifiant qui sera bénéfique pour vous.

4. Recherchez les anti-oxydants : vitamines A, C et E, les caroténoïdes, les polyphénols, les flavonoïdes. Bref mangez des légumes, tout ira bien

5. La vitamine B3 ou PP (entre autres car toutes les vitamines du groupe B sont importantes à notre bonne santé) qui intervient dans le processus de régénération de la peau. On la trouve dans la volaille, le poisson, l’épeautre. En outre l’épeautre contient du tryptophane à partir duquel le corps sait fabriquer de la vitamine P.

6. Bien sûr avec Hildegarde, on n’oublie pas les épices : pyrèthre d’Afrique qui purifie le sang, le galanga qui possède des vertus anti-inflammatoires

Si vous avez l’oreille exercée, vous aurez remarqué que bons nombres d’aliments ou de nutriments que je viens de citer sont bénéfiques pour votre peau mais également pour votre système cardio-vasculaire !

Betteraves rouges au serpolet

Dans la thérapie d’Hildegarde, il y a un plat qui excelle dans toutes les maladies de la peau : les betteraves rouges au serpolet. Il suffit d’agrémenter les betteraves rouges cuites avec une vinaigrette au serpolet épaissie à la farine d’épeautre. Hildegarde nous dit que le serpolet « assainit et guérit les chairs de l’intérieur ». Mangez de cette salade le plus souvent possible !

Soin à l’iris

En soin externe, l’iris peut être bénéfique. Lavez soigneusement votre visage matin et soir avec de l’eau d’iris. Appliquez ensuite en massages très doux une crème à l’iris. Vous trouverez ces produits chez les fournisseurs de produits d’Hildegarde.

D’une manière générale, surveillez de très prêt la qualité des produits que vous mettez sur votre peau : n’oubliez jamais que vous mangez et respirez par la peau aussi !

Assainir et assainir

Il n’y a pas de peau saine sans un organisme sain. Il faut avant toute chose nettoyer en profondeur votre corps. Plusieurs techniques sont possibles : la diète, l’assainissement de l’intestin. Prenez conseil auprès d’un naturopathe formé à la thérapie d’Hildegarde de Bingen.

Autres soins bonus

L’huile de chanvre en usage interne et externe peut également vous aider.

L’huile essentielle d’Hélichryse Italienne en soin externe : 2 gouttes d’huile dans une noix de crème de jour matin et soir jusqu’à guérison.

Rosacée : soins naturels de la thérapie d’Hildegarde de Bingen – En bref

  • Adopter une alimentation saine à base d’épeautre et de légumes
  • Diminuer les produits laitiers et les protéines animales
  • Ajouter dans l’assiette pyrèthre d’Afrique, galanga, serpolet
  • Avoir une bonne hygiène de peau et utiliser une crème à l’iris
  • L’Hélichryse italienne est la bonne huile essentielle à utiliser

Vous aussi, comme Sylvie, n’hésitez pas à me laisser votre question en commentaire et je vous répondrai dans une prochaine vidéo (article) ! Surtout n’oubliez pas de vous abonner à ma chaine et à mon blog pour être informé des parutions !

Signature de Christine Labbé Naturopathe

Physica

SOLANACÉES : DANGER POUR MA SANTÉ (SANS PRISE DE TÊTE)

 Solanacées : danger pour ma santé ? Comment ? Pourquoi ?

Dans le domaine de la santé naturelle, vous entendez souvent des mises en garde contre les solanacées mais vous ne savez pas exactement ce que c’est et surtout vous ne comprenez pas pourquoi ! Allez, je vous dis tout sur les solanacées : danger pour ma santé (sans prise de tête)

Solanacées : dangers pour ma santé
Faut-il arrêter de manger des solanacées ?
Avant de répondre à vos questions, je tiens à rappeler une évidence : je ne suis pas médecin. Mon rôle de naturopathe est de vous prodiguer des conseils en soutien ; votre pathologie quelle qu’elle soit doit être traitée par un médecin. Voilà c’est dit, je le répèterai à chaque vidéo afin d’éviter tout malentendu.

Aujourd’hui je réponds à la question de Catherine : « Pourquoi faut-il éviter les solanacées ? quels légumes sont concernés exactement ? Pourquoi Ste Hildegarde ne les recommande pas ? »

Il y a quelque chose de « décaler » dans cette question. Mais j’y reviendrai plus loin !

Solanacées : faisons les présentations

Les solanacées sont une grande famille comprenant 98 genres et 2 700 espèces. On y trouve des légumes, des fruits, des plantes industrielles comme le tabac et des plantes ornementales tels les beaux pétunias.

Des solanacées dans mon assiette

Aujourd’hui nous allons nous intéresser aux fruits et légumes que nous mettons dans notre assiette c’est-à-dire les pommes de terre, les tomates, les aubergines, les baies de goji, les piments, le paprika, le poivre de Cayenne, les poivrons, les gombos. Voilà pour ceux que nous connaissons et consommons couramment.

Solanacées vireuses

Vous connaissez sans doute au moins de nom les solanacées vireuses. Si si si ! Si je vous dis Belladone, Datura plus connue sous le nom de Herbe à Diable, ou encore la Mandragore à qui on attribuait des vertus magiques. N’oublions pas le tabac ! ça vous parle mieux ?

Solanacées : leurs vertus

Certaines solanacées ont été utilisées de tout temps pour leurs vertus psychotrope, psychoactives, stimulantes, dopantes, toniques, vomitives, calmantes, dormitives, et analgésiques. Elles doivent ces effets aux alcaloïdes qu’elles contiennent.

Les alcaloïdes

Mais si vous les connaissez aussi ces alcaloïdes : si je vous dis : nicotine, caféine, cocaïne, codéine, morphine ? Vous voyez que vous connaissez ! Et maintenant vous connaissez la solanine qui est un alcaloïde présent dans les plantes de la famille des solanacées.

Les problèmes induits par la solanine

Finalement que reproche-t-on à la solanine ?

  • On lui reproche d’être pro-inflammatoire

Des chercheurs avancent que certaines personnes à qui on a diagnostiqué de l’arthrite seraient « simplement » « intoxiquées » par leur consommation de solanacées !

La consommation de solanacées si elle ne provoque pas à proprement parler de maladies inflammatoires, attise le processus inflammatoire et ce quelque soit les maladies (maladies en -ite)

  • On la soupçonne, par différents phénomènes biochimiques d’augmenter la concentration de calcium intracellulaire ce qui pourrait endommager la cellule voire la détruire
  • Elle provoque l’inflammation des tubules rénaux
  • De nombreuses études démontrent la responsabilité de la solanine dans la malformation létale du fœtus au niveau du muscle squelettique
  • A cause de son effet psychotrope, elle pourrait induire de mauvais cauchemars.

La solanine

Vous allez me dire « je mange des patates 3 fois / semaine » ou encore « j’ai été élevé à la ratatouille » « et je ne suis pas mort ».

Vous le savez : c’est la dose qui fait le poison !

Quelques précautions à prendre

Pommes de terre

Les pommes de terre sont celles qui contiennent le plus de solanine. La concentration en solanine des pommes de terre est d’ailleurs contrôlée avant leur mise sur le marché. Mais restez vigilent : si une pomme de terre est verte, si elle brûle la bouche quand vous la manger, jetez-la directement. Lorsque les pommes de terre ont germé, enlevez généreusement la chair autour du germe, ainsi que les « yeux ». Pelez consciencieusement ces légumes.

Tomates, aubergines et poivrons

Consommez ces légumes lorsqu’ils sont bien mûrs. Enlevez largement le pédoncule, c’est là où la solanine est la plus concentrée.

Il est à noter que la cuisson ne diminue pas la teneur en solanine des aliments.

Donc soyez vigilent, suivez impérativement les quelques précautions que je viens de vous donner.

Quelle dose

Si vous êtes une personne à risque sur l’un des critères énoncés, il vaut mieux éviter de consommer des solanacées ou alors de façon exceptionnelle.

Je la déconseille à toute personne affaiblie ou en mauvaise santé car un terrain inflammatoire fait le lit de bien des maladies.

La dose de solanine létale pour un adulte  est d’environ 420 mg ; elle est donc très rarement atteinte !

Les premiers symptômes d’intoxication à la solanine sont nombreux et divers, essentiellement des troubles gastro-intestinaux et neurologiques : nausées, diarrhées, vomissements, crampes abdominales, gastralgies, sensation de brûlure dans la gorge, augmentation de la température, arythmie cardiaque, maux de tête et vertiges. Dans les cas plus graves, il peut y avoir des hallucinations, une perte de perception, une paralysie, de la fièvre, une hypothermie, un œdème cérébral .La mort peut très exceptionnellement survenir suite à une insuffisance cardiaque.

Et Hildegarde de Bingen dans tout ça ?

Et bien tout simplement elle n’en n’a pas parlé car elle ne les connaissait pas.

Les solanacées sont originaires principalement d’Amérique du Sud.

Les pommes de terre sont arrivées en Europe en 1534. Il a fallu attendre 1780 et une ruse de M. Parmentier pour la populariser en France. Il a planté des pommes de terre en région parisienne et a fait garder les champs par des soldats afin d’aiguiser la curiosité !

La tomate est attestée en France en 1598, elle était appelée pomme d’or ou pomme d’amour. Elle était surtout utilisée comme ornement car on craignait alors sa toxicité. Tiens, pas bête les anciens !

Solanacées : danger pour ma santé – En bref

✔️ Carte de visite : pomme de terre, tomate, aubergine, poivron, piment, poivre de cayenne, baie de goji, gombos, tabac.

✔️ Consommation :

  • modérée si vous êtes en bonne santé
  • exceptionnelle si vous souffrez de maladies inflammatoires
  • nulle si vous êtes très affaibli ou en mauvaise santé

✔️ Les précautions à prendre pour tous : choisissez les solanacées mûres et de bonne qualité

Vous aussi, comme Catherine, n’hésitez pas à me laisser votre question en commentaire et je vous répondrai dans une prochaine vidéo  (article) ! Surtout n’oubliez pas de vous abonner à ma chaine et à mon blog pour être informé des nouvelles parutions !

Signature de Christine Labbé Naturopathe

Ciqual
Solanine

RÈGLES DOULOUREUSES : 3 CONSEILS NATURELS D’HILDEGARDE DE BINGEN

Règles douloureuses :
3 conseils naturels d’Hildegarde de Bingen

Cet article est le script d’une vidéo publiée dans le cadre de mon défi : 1 vidéo / jour pendant 30 jours pour répondre à vos questions sur votre santé naturelle à l’école d’Hildegarde de Bingen. Aujourd’hui, nous nous arrêtons sur les règles douloureuses : 3 conseils naturels d’Hildegarde de Bingen pour s’en sortir.

Règles : soulager les douleurs grâce à l'épeautre
Libérez vous naturellement des désagréments liés aux règles !
Continuer la lecture de « RÈGLES DOULOUREUSES : 3 CONSEILS NATURELS D’HILDEGARDE DE BINGEN »

JOURNAL DE BORD DE MA DIÈTE : JOUR 7

Journal de bord de ma diète : jour 7

Cet article est le script d’une vidéo, une série pour tout savoir sur la diète. Je vous propose mon témoignage : comment se passe ma diète, ce que je mange, ce que je bois, et tous mes conseils pratico-pratiques ! Aujourd’hui , journal de bord de ma diète jour 7 !

Cliquez sur l’image pour visionnez la vidéo
Continuer la lecture de « JOURNAL DE BORD DE MA DIÈTE : JOUR 7 »

JOURNAL DE BORD DE MA DIÈTE : JOUR 6

Journal de bord de ma diète : jour 6

Cet article est le script d’une vidéo, une série pour tout savoir sur la diète. Je vous propose mon témoignage : comment se passe ma diète, ce que je mange, ce que je bois, et tous mes conseils pratico-pratiques ! Aujourd’hui , journal de bord de ma diète jour 6 !

Journal de bord de ma diète jour 6
6ème jour de diète : le feu en moi !
Continuer la lecture de « JOURNAL DE BORD DE MA DIÈTE : JOUR 6 »

JOURNAL DE BORD DE MA DIÈTE : LE JOUR 5

Journal de bord de ma diète : le jour 5

Cet article est le script d’une vidéo, une série pour tout savoir sur la diète. Je vous propose mon témoignage : comment se passe ma diète, ce que je mange, ce que je bois, comment je me sens. Et en bonus, tous mes conseils pratico-pratiques ! Aujourd’hui , je vous partage le journal de bord de ma diète : le jour 5 !

Journal de bord de ma diète : jour 4
Le but n’est plus très loin, je reste motivée !
Continuer la lecture de « JOURNAL DE BORD DE MA DIÈTE : LE JOUR 5 »

JOURNAL DE BORD DE MA DIÈTE : JOUR 4

Journal de bord de ma diète : jour 4

Cet article est le script d’une vidéo, une série pour tout savoir sur la diète. Je vous propose mon témoignage : comment se passe ma diète, ce que je mange, ce que je bois, et tous mes conseils pratico-pratiques ! Aujourd’hui , je vous livre le bilan de ma 4ème journée de diète !

4ème jour de diète !
4ème jour de diète : on tient le cap !
Continuer la lecture de « JOURNAL DE BORD DE MA DIÈTE : JOUR 4 »

FINI LES BRÛLURES D’ESTOMAC PENDANT VOTRE GROSSESSE GRÂCE À HILDEGARDE DE BINGEN

Comment soulager les brûlures d’estomac naturellement pendant la grossesse
grâce à Hildegarde de Bingen

Bonjour et bienvenu dans cette série de vidéos (articles) dans lesquelles je réponds à vos questions sur votre alimentation et votre santé naturelle à l’école d’Hildegarde de Bingen. Aujourd’hui, nous voyons comment soulager naturellement les brûlures d’estomac pendant la grossesse grâce à Hildegarde de Bingen.

Soulager naturellement les brûlures d'estomac pendant la grossesse grâce à la thérapie d'Hildegarde de Bingen
Continuer la lecture de « FINI LES BRÛLURES D’ESTOMAC PENDANT VOTRE GROSSESSE GRÂCE À HILDEGARDE DE BINGEN »