RÉÉQUILIBRAGE ALIMENTAIRE MODE D’EMPLOI

Vous avez aimé cet article, partagez-le :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rééquilibrage alimentaire, mode d’emploi : que mettre dans votre assiette 

Les bons ingrédients à mettre dans son assiette parfaite

Les conseils de votre naturopathe

Le rééquilibrage alimentaire constitue réellement les fondations de votre bonne santé. Il vaut donc la peine que vous y investissiez un peu de temps et d’énergie. C’est pourquoi je vous propose ce dossier en 2 volets :

    1. Commencer un rééquilibrage alimentaire
    2. Rééquilibrage alimentaire mode d’emploi.

Dans l’article précédent, nous avons jeté les bases d’un rééquilibrage alimentaire tout en douceur. Ici nous verrons quoi mettre concrètement dans votre assiette et votre verre.

Des légumes et des fruits

Les légumes et les fruits devront occuper plus de la moitié de votre assiette.  Je propose 60 % de votre ration alimentaire moyenne. Ce sont eux qui vous apporteront des vitamines (A, C, B, K…) , des minéraux (magnésium, potassium, fer, calcium…) ainsi que des fibres et des composés anti-oxydants.

Tous ces nutriments sont absolument nécessaires à votre bonne santé. Ils contribuent à un bon équilibre acido-basique et  participent aux réactions bio-chimiques de l’organisme. Leur apport en fibres est le secret d’un bon transit et de la bonne santé de nos intestins donc d’un système immunitaire hyper efficace !

Le gros avantage des légumes est qu’ils sont peu caloriques.

Hildegarde de Bingen préconise d’éviter : les poireaux, les fraises, les pêches et les prunes. Finalement, ce n’est pas si terrible que ça.

Des céréales

J’ai déjà répondu à la question : faut-il manger des céréales ou pas dans un précédent article, je vous laisse le découvrir.

Dans une alimentation saine à l’école d’Hildegarde de Bingen, le grand épeautre non hybridé a une place de choix et sera donc présent à chaque repas. C’est une source de protéines végétales indispensables au bon fonctionnement de chacune de nos cellules. Il contient notamment tous les acides aminés essentiels (ceux que notre corps ne sait pas fabriquer).

L’épeautre a la particularité de contenir suffisamment de lysine et de méthionine ce qui facilite grandement la vie. En effet, les personnes végétariennes doivent combiner les céréales (pauvres en lysine) et les légumineuses (pauvres en méthionine) afin d’avoir un apport correct. Avec l’épeautre, vous avez tout en un.

Le gluten du grand épeautre non hybridé n’est pas allergisant et convient donc à tout le monde. Cela permet d’avoir à chaque repas  un bon pain agréable à manger et de temps en temps de sympathiques  gâteaux. On garde absolument le côté plaisir Smile.

Cette bonne céréale représente 30 % de votre assiette parfaite.

Les produits d’origine animale

Les produits d’origine animale sont d’un intérêt variable et souvent médiocre compte tenu des conditions d’élevage des animaux.

Leur consommation est néanmoins recommandée aux personnes anémiées, le fer non-héminique (d’origine végétale) étant moins biodisponible. N’hésitez pas à vous faire aider par un thérapeute.

Les produits d’origine animale représente 10 % de votre ration alimentaire moyenne. Selon vos goûts et vos habitudes actuelles vous pouvez bien sûr en augmenter la part. Je vous donne les grandes lignes, à chacun d’adapter pour son cas personnel !

A l’école d’Hildegarde de Bingen, on évite le porc (y compris la charcuterie Smile).

Les assaisonnements

Avec la question des assaisonnements, on retrouve la dimension plaisir. Il faut donc les conserver mais eux aussi doivent passer à la moulinette de votre rééquilibrage alimentaire !

Le gras

Utilisez uniquement des huiles végétales vierges de 1ère pression à froid. Même  si les lipides sont présents dans les céréales et les produits d’origine animale, notre organisme a besoin de cet apport, tout en modération, de ces huiles.

Les lipides servent  notamment à l’assimilation des vitamines liposolubles A-D-E-K.

Le point sensible ici est de ne pas les dénaturer à la cuisson. Donc respectez les consignes pour chacune d’entre elles. Vous pouvez facilement ajouter un filet d’huile sur vos plats au moment de servir.

Le beurre cru représente également un apport intéressant en vitamines A-D-E, en minéraux et en acides gras (évidemment !)

Les sauces

Les sauces ne sont pas indispensables et sont là pour le côté plaisir auquel on ne renonce pas. Veillez à ce qu’elles ne soient pas trop grasses. Réservez les pour le repas du dimanche ou des jours de fêtes ; vous les apprécierez d’autant mieux. Dans tous les cas, ne trempouillez pas votre pain dans la sauce. Tant pis, laissez le surplus dans l’assiette. Si vous utilisez des aliments de bonne qualité, elles seront d’autant moins nécessaires.

Pour agrémenter vos plats santé au quotidien, préférez les épices qui sont un vrai plus nutritionnel.

Le sucre

Une chose est sure, c’est qu’il faut absolument éviter le sucre blanc raffiné. Préférez-lui le sucre de canne brun (et non blond) ou complet (radapura) en veillant à diminuer les quantités car leur pouvoir sucrant est supérieur.

La question du sucre est souvent délicate car liée à des compensations que vous pouvez avoir du mal à gérer. Faites-vous aider par un naturopathe, des techniques simples peuvent vous aider.

Rééquilibrage alimentaire mode d’emploi : Que mettre dans votre verre

Pour être en bonne santé, il est primordial de suffisamment s’hydrater : apporter l’eau dont nos cellules ont besoin et nettoyer notre organisme.

L’eau reste la base d’une hydratation efficace. Celle que l’on trouve dans les fruits et légumes et celle que nous apportons en buvant régulièrement tout au long de la journée. Encore faut-il que l’eau soit de bonne qualité.

Vous devriez trouver sur le site de votre mairie des informations qualitatives sur l’eau du robinet.

L’eau en bouteille n’est pas toujours gage de qualité et, en plus, ce n’est pas du tout écologique. Si vous choisissez néanmoins cette solution, optez pour des eaux faiblement minéralisées c’est-à-dire que le résidu sec à 180° doit être inférieur à 500 mg/l.

Une solution efficace, facile à mettre en place est d’utiliser un purificateur d’eau. Celui que j’utilise est de marque Berkey.

Bien sûr l’eau peut se décliner de différentes façons : eaux fruitées, infusions, décoctions. Si vous avez du mal à boire, variez les plaisirs et les saveurs.

Sachez enfin qu’il faut boire sans soif (sauf pour les enfants) ! La quantité nécessaire varie d’un individu à l’autre en fonction de l’âge, du poids, de l’activité (de 1 à 2 litres / jour)…

Hildegarde est favorable à la bière et au verre de vin à condition qu’il ne soit pas trop fort, sinon, dit-elle, il faut le couper avec un peu d’eau. Toujours avec modération.

Les 2 compagnons d’un rééquilibrage alimentaire

Si la santé passe par l’assiette, ce n’est pas suffisant. Je vous conseille vivement 2 activités essentielles à votre santé et à votre bien être :

    • Dormir : dormez suffisamment. Le sommeil n’est pas du temps perdu mais du temps investi car votre corps et votre psychisme continue de travailler
    • Bouger : avoir une activité physique adaptée est également indispensable. Ne la négligez pas.

Rééquilibrage alimentaire mode d’emploi : Ce que je retiens

♦  Mon assiette idéale

  • légumes et fruits = 60 %
  • épeautre = 30 %
  • produits d’origine animale = 10 %
  • on n’oublie pas les lipides

♦   Je bois suffisamment des tisanes adaptées à ma situation tout au long de la journée.

Mon assiette parfaite pour un rééquilibrage alimentaire
Cliquez sur l’image pour télécharger le fichier

Malgré tous ces bons conseils, cela vous semble encore difficile de commencer un rééquilibrage alimentaire ?  Et bien commencez quand même avec ces premiers conseils. Je vous assure que le plus ardu est de faire le 1er pas ; puis avancez à votre rythme, selon vos choix.

Votre rééquilibrage alimentaire ne porte pas les fruits escomptés ? N’abandonnez pas, faites vous aider par un professionnel. Je reste à votre disposition pour une consultation en cabinet ou via Skype.

Signature de Christine Labbé Naturopathe

Cet article fait partie de #mondéfi semaine 26 :

Adopter une alimentation saine en 26 semaines avec Hildegarde de Bingen


Vous avez aimé cet article, partagez-le :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 23
    Partages

Laisser un commentaire